Comme le rappel le site RTBF.be avec 18 000 morts par an en Belgique le tabac est un fléau pour la santé publique. Près d’un quart des belges fument. Comment enrayer ce phénomène? Interdire purement et simplement la vente de cigarette à tout le monde? Non cela ne ferait qu’augmenter le marché noir, de la même manière que la prohibition aux États-Unis n’a pas fait disparaître la consommation d’alcool entre 1919 et 1933, loin s’en faut. Alors la solution serait peut-être de mettre en place une mesure plus ciblée comme le suggère les médecins de la British Medical Association. À savoir, interdire la vente de tabac au personnes nées après l’an 2000.

Favoriser l’arrêt du tabac en créant une génération sans tabac

L’objectif est clair, créer une génération sans tabac en interdisant purement et simplement la vente de tabac à la génération né après l’an 2000 et cela sur le long terme. Pourquoi s’attaquer à une génération qui n’a que 14 ans à peine aujourd’hui? Tout simplement parce que 80% des fumeurs ont commencé durant l’adolescence et que près d’un quart des jeunes anglais entre 11 et 15 ans a déjà fumé. Cette période de la vie est donc clé pour espérer un arrêt du tabac c’est pourquoi de nombreuses mesures pour protéger les jeunes ont vu le jour depuis une dizaine d’année mais elles semblent avoir atteints leurs limites. En effet, bien que la vente de tabac soit interdite au moins de 16 ans l’âge moyen de la première cigarette en Belgique est de 13 ans. Pour autant, une mesure aussi radicale concernant les jeunes et la cigarette ne fait pas l’unanimité.

Un risque contre-productif de hausse de la consommation du tabac?

C’est le principal argument des détracteurs de cette mesure, car le même problème s’était posé concernant la consommation d’alcool chez les jeunes. Pour ce cas particulier, la politique stricte de l’état avait eu des effets négatifs. Certains disent même que cette politique a entraîné une hausse de la consommation d’alcool pour les jeunes plutôt que d’avoir été une source de dissuasion. Si bien que les britanniques ont fini par remettre en cause cette politique très restrictive. Alors les mêmes conséquences arriveraient sur la consommation de tabac des jeunes avec une telle loi? difficile de le prédire, d’autant que les effets d’une pareille mesure serait à observer sur le long terme.

Pourtant les Britanniques ne sont pas les seuls à réfléchir à une telle mesure puisque l’état de Tasmanie en Australie ainsi que Singapour seraient prêt à faire entrer en vigueur une telle loi. Signe positif toutefois, un facteur a entraîné une baisse historique de la consommation de tabac pour les jeunes dernièrement.

La cigarette électronique fait baisser la consommation de tabac pour les jeunes

C’est le résultat d’une étude sur la cigarette électronique parue dans le parisien le mois dernier qui révélait que pour la première fois depuis des années les ados étaient moins accros au tabac. Auteur de l’étude réalisée auprès de plus de 13 000 collégiens et lycéens le professeur Bertrand Dautzenberg, déclare que « c’est une vraie surprise! ». Selon lui le principal facteur de cette baisse est indéniablement l’impact de la cigarette électronique qui s’est démocratisée l’année dernière en France. En effet, avec son look jeune, sa tendance 2.0 avec son chargeur USB, ses goûts e liquide originaux, la e-cigarette a ringardisé la vieille cigarette en papier pleine de tabac. C’est donc une  conclusion qui est loin d’être anodine et que les politiques devraient prendre en compte dans leur lutte contre la tabac. Loin d’en faire une solution miracle, qu’elle n’est pas, la cigarette électronique pourrait peut-être être utilisée pour détourner davantage les jeunes du tabac.